Les SUV de la X-Family d’Opel fers de lance de l’offensive Euro 6d-TEMP | Média OPEL France

Les SUV de la X-Family d’Opel fers de lance de l’offensive Euro 6d-TEMP

download-pdf
download-image
download-all
jeu, 28/06/2018 - 13:15


  • Crossland X, Grandland et Mokka X : déjà conformes aux futures normes d’émissions
  • Crossland X et Grandland X : nouveaux moteurs essence et diesel à injection directe
  • Mokka X : moteurs suralimentés essence et diesel sur toute la gamme

 

Opel est à l’avant-garde dans la mise en œuvre du protocole Euro 6d-TEMP, qui comprend une partie de conduite en conditions réelles (RDE) mesurée sur la voie publique. Le constructeur a lancé 85 moteurs de dernière génération répondant déjà aux futures normes européennes d’émissions. Les SUV (Sport Utility Vehicle) de la X-Family d’Opel, comprenant les Crossland X, Grandland X et Mokka X, sont les fers de lance de l’offensive en faveur du passage aux nouvelles normes.

Pour assurer cette transition à Euro 6d-TEMP, les SUV compacts Crossland X et son frère de plus grande taille Grandland X reçoivent une nouvelle génération de moteurs qui viennent s’ajouter à l’offre de groupes motopropulseurs Opel, les Diesel 1,5. Ils disposent d’une culasse et d’un carter en aluminium, tandis que leurs quatre soupapes par cylindre sont actionnées par des doubles arbres à cames.

Le Crossland X dispose de la version 75 kW/102 ch du quatre-cylindres suralimenté, assortie d’un Start/Stop. Avec une boîte manuelle six vitesses, ses consommations[1] sont de 4,7 l/100 km en urbain, 3,5 l/100 km en extra-urbain, 4,0 l/100 km et 105 g/km CO2 en mixte. Le couple maximum de 250 Nm est atteint à seulement 1.750 tr/mn.

Le SUV compact Grandland X reçoit la version 96 kW/130 ch du 1.5 Diesel, avec Start/Stop et un turbocompresseur TGV (turbo à géométrie variable). Avec une boîte manuelle à six vitesses, ses consommations[1] s’établissent à 4,7-4,7 l/100 km en urbain, 3,9-3,8 l/100 km en extra-urbain, 4,2-4,1 l/100 km et 110-108 g/km de CO2 en mixte. Le couple maxi de 300 Nm est atteint aussi à 1.750 tr/mn.

Le Grandland X 1.5 D est également disponible avec une boîte automatique très évoluée à huit rapports qui offre non seulement des passages de vitesses imperceptibles, mais aussi des consommations et émissions[1] modérées (4,7-4,4 l/100 km en urbain, 4,0-3,8 l/100 km en extra-urbain, 4,2-4,1 l/100 km et 110-108 g/km de CO2 en mixte).

Pour parvenir à un retraitement optimal des gaz d’échappement, le 1.5 Diesel est doté d’un système de réduction des émissions composé d’un pot catalyseur passif/piège à NOx, d’une injection d’AdBlue, d’une réduction catalytique sélective (SCR) et d’un filtre à particules diesel (FAP). Le tout est regroupé dans un ensemble compact placé à proximité immédiate du moteur. Le piège à NOx se comporte comme un catalyseur de démarrage à froid, et réduit les émissions de NOx aux températures inférieures à l’amorçage du SCR.

Grâce au nouveau bloc 1,5 litre qui vient compléter le 2.0 Diesel 130 kW/177 ch existant  (consommations1 : urbaine 5,3-5,3 l/100 km, extra-urbaine 4,6-4,5 l/100 km, mixte 4,9-4,8 l/100 km et 128-126 g/km de CO2), qui reprend le système de réduction des émissions du moteur 1.5, les clients d’un Grandland X se voient offrir le choix entre deux moteurs diesels se montrant tout aussi puissants que sobres.

La version d’accès à la gamme du Grandland X est équipée du moteur essence PureTech   1,2 litre Direct Injection Turbo de 96 kW/130 ch. Ce trois-cylindres, qui a remporté quatre fois d’affilée le prix du Moteur International de l’année, dispose d’un filtre à particules essence et est accouplé soit à une boîte mécanique six vitesses soit à une transmission automatique à huit rapports. Le SUV peut atteindre une vitesse de pointe de 188 km/h et franchir le 0 à 100 km/h en 10,1 secondes (consommations en boîte manuelle[1]: urbaine 6,1 l/100 km, extra-urbaine 4,9-4,8 l/100 km, mixte 5,3-5,2 l/100 km et 121-120 g/km de CO2 ; consommations en boîte automatique[1]: urbaine 6,1-6,0 l/100 km, extra-urbaine 4,9-4,8 l/100 km, mixte 5,3-5,2 l/100 km et 121-119 g/km de CO2).

Mokka X : une offre tout turbo démarrant avec le 1.4 Turbo de 120 ch

Pour le Mokka X, le passage à Euro 6d-TEMP entraine l’arrivée d’un nouveau moteur essence d’accès à la gamme, plus puissant, ce qui permet au best-seller des SUV urbains de ne plus être animé dorénavant que par des moteurs suralimentés. Le 1.4 Turbo de 88 kW/120 ch avec Start/Stop (consommations[1] : urbaine 8,1-8,0 l/100 km, extra-urbaine 5,7-5,5 l/100 km, mixte 6,6-6,4 l/100 km, 151-148 g/km de CO2) entraîne les roues avant par l’intermédiaire d’une boîte manuelle à six vitesses et remplace le précédent 1,6 litre atmosphérique de 85 kW/115 ch.

La transition vers la conformité aux normes Euro 6d-TEMP fait partie des engagements de la marque, qui souhaite devenir un chef de file de la réduction des émissions de véhicule. Sur la feuille de route qui conduit à cet objectif, les prochaines étapes sont le lancement de quatre modèles électrifiés d’ici à 2020, dont la prochaine génération de Corsa qui sera également disponible en véhicule tout électrique et l’arrivée de la version hybride rechargeable du Grandland X. En 2024, Opel deviendra une marque dont tous les véhicules particuliers seront électrifiés, offrant une déclinaison hybride ou tout électrique de tous les VP aux côtés de ceux propulsés par des moteurs thermiques.

Protocole WLTP : des chiffres de consommation plus réalistes

La transition d’Opel vers la conformité à Euro 6d-TEMP coïncide avec le lancement du protocole Worlwide harmonised Light vehicle Test procedure (WLTP) chargé de mesurer la consommation et les émissions. Il s’applique à toutes les immatriculations de voitures neuves à partir de ce mois de septembre.

Comme l’ancien protocole NEDC (New European Driving Cycle), le WLTP est un test de laboratoire, mais tandis que le cycle NEDC détermine les chiffres de consommation « urbaine, extra-urbaine et mixte » en fonction d’un profil de conduite théorique, le WLTP utilise des profils de « vraie » conduite tirés d’une étude statistique globale. Le cycle de conduite WLTP est divisé en quatre parties avec des vitesses moyennes différentes : faible, moyenne, haute et très haute. Chaque partie contient une série de phases de conduite, d’arrêt, d’accélération et de freinage qui représentent des profils de conduite quotidiennes.

Chaque combinaison moteur/transmission d’un certain type de véhicule est testée avec les équipements les moins consommateurs et les plus consommateurs en énergie. Les données obtenues peuvent se comparer dans le monde entier, alors que les valeurs NEDC n’étaient valables que pour l’Europe.

Emissions en conduite réelle : la route s’ajoute au laboratoire

La première phase du passage aux normes WLTP a commencé en septembre 2017, avec l’obligation de se conformer aux normes d’émission Euro 6c pour l’homologation des nouveaux types de véhicules. Les types de véhicule répondant à la norme après avoir satisfait au protocole de test de conduite en conditions réelles (RDE) sont homologués Euro 6d-TEMP. Le protocole RDE complète le WLTP et mesure les polluants des voitures quand elles roulent sur des voies publiques.

La norme Euro 6c devient obligatoire pour toute nouvelle immatriculation en septembre, tandis que l’Euro 6d-TEMP s’appliquera à toutes les nouvelles immatriculations à partir de septembre 2019.

La norme Euro 6d-TEMP est affectée d’un coefficient de conformité aux NOx de 2,1 : c’est la marge d’erreur maximale par rapport aux limites de NOx en conduite en conditions réelles, mesurée lors de l’essai RDE. La norme Euro 6d-TEMP sera remplacée en janvier 2020 par l’Euro 6d avec un facteur de conformité de NOx ramené à 1 (majoré d’une marge d’erreur de 0,5) pour les homologations de nouveaux types de véhicule, et en janvier 2021 pour les nouvelles immatriculations.

 

 

[1] Chiffres mesurés en cycle WLTP et convertis en NEDC pour fournir une base de comparaison

Scroll